Naturellement t'as tout bon

Santé Naturelle – Alimentation santé – Consommation éco-responsable


Poster un commentaire

Double contamination… Double régal ?

La tendance au « flexitarisme » qui sévit en ce moment et qui m’a déjà contaminée depuis longtemps, sans parler d’un constat personnel de muscles vieillissants (oui on passera tous par là), me font réfléchir à un apport satisfaisant en protéines. Les protéines animales restent pour moi un plaisir certain ; loin de moi l’idée de me priver d’une bonne côte au BBQ de temps en temps ou d’une planche de fromages bien accompagnée en terme de breuvage fermenté et à l’heure de la convivialité. Au quotidien j’ai cependant une envie irrésistible de végétaux ; des crudités pour la fraîcheur, le croquant et les vitamines (bonnes mines), mais pas trop pour mes intestins un peu délicats, des cuidités à gogo, légumes en tout genre de saison, y compris les fruits (cerises au sirop maison avec une gousse de vanille ou abricots à la verveine…). Et là, au niveau protidique, le bilan risque d’être défaillant…

L’idée m’est donc venue de faire mon propre lait de soja. Oui la flemme d’aller faire des courses ; l’auto-suffisance me guette… Rien de plus facile et quel régal ! On fait tremper du soja jaune pendant une nuit mini, on rince, on égoutte, on met dans le mixeur ; attention, on ne s’arrête pas là parce que c’est toxique à ce niveau. Il faut ensuite impérativement passer par la case cuisson, mini 30 mn. On filtre ensuite avec ce qu’on a sous la main*, on ajoute un peu de vanille liquide, un peu de sirop de dattes (autre parfum, autre sucre, à votre convenance et créativité). Le délice tiède est alors à votre portée…

Pour le côté sérieux du post, on peut ajouter que le soja est riche en acides aminés (autant que la viande) et qu’il contient tous les essentiels (contrairement à la plupart des céréales et des légumineuses qu’il faut compléter entre elles) ; chouette mes muscles vont reprendre du tonus et ceux des sportifs de la maison être à la hauteur de leurs attentes ! Quant à ma digestion, elle se fait sans encombre car le soja est très digeste, sans parler de l’apport hormonal (isoflavones) qui ne peut pas me faire de mal pour retrouver un certain équilibre. Mes apports en acides gras seront au top puisque contrairement aux laits d’origine animal, le soja contient des acides gras insaturés, donc de très bonne facture pour mes artères, mon cerveau et ma peau…

Pour les grincheux (mais néanmoins lecteurs), je sais j’ai un peu simplifié, sciemment, le côté apport nutritionnel. Il est bien entendu que si j’ai des problèmes de santé, je n’en bois pas toute la journée et que si j’ai des enfants je leur offre le loisir de mixer leur consommation de laits selon leur humeur et leur plaisir (végétaux et animaux, le must étant de consommer de tout en quantité raisonnable).

Pour les fainéants (mais néanmoins intéressés), ça vaut le coup de se bouger un peu pour le faire maison. Là aussi une contamination DIY est passée par là, mais au profit du plaisir ; plaisir de faire, plaisir de se satisfaire. Au final j’ai un produit goûteux, dosé comme je l’aime (plus ou moins dense, plus ou moins sucré, plus ou moins vanillé ou autre arôme, et comble du must : pas de brick à mettre dans ma poubelle (même si elle est à recyclée), et beaucoup moins cher !!! Ah et j’allais oublier ; mon produit à déguster est un lait non pasteurisé (contrairement à celui du commerce) donc qui a conservé le max de tout ce que j’ai détaillé ci dessus 🙂

Partage d’expériences, questions ??? la discussion est ouverte…

*Le résidu appelé Okara fera l’objet d’un prochain post ; en attendant, on ne jette pas, on récupère !


2 Commentaires

Chargée à bloc ; on remet les watts

Le site « Naturellement t’as tout bon » se dépoussière ; oui ces derniers temps je l’ai un peu délaissé… mea culpa… J’avoue, ce fut beaucoup d’énergie et quelques doutes sur la volonté générale de se nourrir mieux et d’en comprendre les enjeux. Etait-il efficace, de continuer à dépenser de cette façon sans réel impact ?

Puis la pandémie est passée par là, et ces dernières semaines ont été révélatrices. La preuve en est, le réseau de La Ruche qui dit Oui (dont les Ruches de Villeneuve les Avignon et Castillon du Gard dont je m’occupe), a répondu à la forte demande en fournissant des produits locaux, sains, et en direct des producteurs. Certes ces semaines ont été fatigantes par l’organisation que nous avons mise en place avec les producteurs pour fournir, mais quel bonheur de savoir qu’enfin les gens ouvraient les yeux, avaient des envies de fraîcheur, commençaient à comprendre les enjeux économique et personnel d’une consommation locale. Alors je n’ai qu’un souhait aujourd’hui, celui de faire perdurer vos envies…

Vous abonner au site c’est partager réflexions et expériences autour de l’alimentation santé, pas de pub promis, juste matière à nourrir corps et esprit ; je compte les suiveurs 😉


Poster un commentaire

Clafoutis blettes et patates douces

Ingrédients (4 personnes)

  • 2 patates douces (300 g)
  • 4 feuilles de blettes
  • 1 oignon
  • Ail, sel, poivre
  • Noix de muscade
  • Huile d’olive
  • 3 oeufs
  • 50 ml de lait de riz
  • 50 g d’arrow root
  • 1 c s tamari

Faire cuire à l’étuvée (ou en four cuisson douce) les cubes de patates douces, l’oignon, la noix de muscade et l’ail écrasé. Ajouter les blettes en petites lamelles.

Par ailleurs, battre les oeufs, puis ajouter l’arrow root,  le lait et le tamari.

Déposer les légumes dans un moule puis verser la préparation dessus. Enfourner 45 mn.